Pourquoi une épreuve de culture générale ?

Les concours scolaires ou administratifs ont ceci de parfois troublant qu’ils testent des compétences qui peuvent se révéler très éloignées de l’idée qu’on se fait du métier ou de la formation auxquels ils permettent d’accéder.

Dans la tradition méritocratique française, l’épreuve de culture générale, quasi inévitable, est tout à fait représentative de ce décalage notamment pour les candidats qui y sont mal préparés. Les réserves qu'elle suscite sont principalement dues à une méconnaissance de ce qui la constitue mais peut-être aussi de la finalité du métier pour lequel elle sélectionne les candidats. Car si cette sélection, certes artificielle, n’est sans doute pas idéale, il ne faut certainement pas rejeter en bloc ce modèle.

En effet, l’épreuve de culture générale évalue deux éléments distincts mais qui se rejoignent finalement assez naturellement, pour peu que l’on s’y applique.

Le premier, comme l’on peut s’y attendre, est la « connaissance brute ». Le second est purement méthodologique. Ce dernier est souvent délaissé par les candidats tandis que l’impératif de connaissance, qu’on croit parfois devoir être encyclopédique est largement surévalué.

C’est avoir manqué l’objectif d’une telle évaluation que de penser de cette façon. Car en aucun cas une épreuve de culture générale n’est un concours de connaissance. Le savoir n'a pas de réelle valeur s’il n’est pas articulé, organisé, réfléchi.

Et c’est là tout l’intérêt de l’élément méthodologique. Bien que formel, il contraint le candidat à exploiter ses connaissances, à les faire fructifier dans le cadre d’un raisonnement. A cet égard, et contrairement à l’idée reçue, c’est d’avantage sur cet élément méthodologique que doit s’appliquer le par-cœur, que sur une accumulation de connaissances, de dates, de noms, d’ouvrages et d’autres références.

Ainsi, l’épreuve de culture générale prend-elle toute son ampleur. Elle évalue alors la capacité du candidat à s’ouvrir au monde, à dépasser parfois son manque de connaissances, à ne pas seulement savoir mais aussi et surtout comprendre.

2018  ProLog Formation - prépa concours